Les derniers coups de pedales

Jour 41…de 43.

Que le temps passe vite en fin de voyage, c’est incroyable. Tout en ayant bien hâte de retrouver notre confort et nos proches, il faut dire qu’on va s’ennuyer de bien des choses en Irlande. Plus de 40 jours plus tard, nous revoici à Dublin, capitale d’Irlande, après trois grosses journées en termes de kilométrages entre Belfast et ici.

La première journée (94 kilomètres parcourus) s’est terminée au sommet d’une côte à pic et longue comme on en a rarement vu. Malgré les prévisions de pluie, le soleil a brillé toute la journée, une première dans notre voyage. Si vous trouvez que nous sommes bronzés à notre retour, c’est grâce au jour 38! Notre camping se situait dans un parc où il y avait un château près d’un lac dans lequel des truites sautaient chaque minute. De toute beauté!

Le jour 39, soit le lendemain, s’intitule le jour de chance: l’un des plus mémorables de notre voyage. Le matin, alors que nous mangions un bol de fruits dans un délicieux café, une dame et un homme sont entrés et ont  »petté » notre bulle de tranquilité en parlant très fort à la table à côté de la nôtre. Toutefois, en voyant que Laura portait un chandail sur lequel se trouvait l’inscription  »Université du Québec à Chicoutimi », la dame nous a abordés en nous demandant si nous étions Canadiens. Deux minutes plus tard, elle nous mentionne qu’elle paiera notre déjeuner et nous invite fortement à consommer davantage (scones, cafés, etc). Elle nous jase pendant une bonne heure, nous invite chez elle, à Belfast, même si elle sait que nous en revenons! Wow, quelle rencontre surprenante et agréable! Avant de quitter, elle nous a même offert les crèpes de son déjeuner pour notre lunch du midi! Tout un numéro!

Plus tard, en milieu d’après-midi, un malheur s’abat une fois de plus sur le vélo de Pascal. Il fallait bien que cela arrive lors de notre avant-dernière journée de vélo: son pneu avant fend! Or, nous sommes dimanche, et comme tout bon commerce irlandais, le magasin de vélo est fermé. Flûte! C’est alors qu’un deuxième miracle se produit dans la journée: un homme vient à notre rencontre et règle la situation en deux temps, trois mouvements. Même s’il habite à une trentaine de km de là, il connait un gars du village qui est un passionné de vélo et décide de l’appeler. Bonne idée, puisque le gars en question arrive dix minutes plus tard avec 5 grandeurs de pneu differents. Non seulement il nous en offre un gratuit, mais il remonte le tout à notre place à la vitesse de l’éclair. C’est pas de la chance ça? En plus, le drame s’est produit alors qu’un festival avait lieu dans le village où nous nous trouvions, alors nous avons eu la chance d’être surpris par une parade qui passait à côté de nous tout le temps de la réparation.

Troisième miracle de la journée… on apprend qu’il y a un traversier dans le même village, ce qui nous évite de faire un détour de 25 kilomètres pour nous rendre au camping. Bonne nouvelle, car avec les aventures de la journée, il est déjà 16h30 et il nous reste un bon bout à parcourir encore! On a compris pourquoi le traversier ne figurait pas sur la carte comme les autres traversiers en Irlande en le voyant:

Arrivés au camping, le propriétaire nous fait stresser un peu en nous disant qu’il n’est pas certain qu’il reste encore de la place pour une tente… puis nous trouve un coin en arrière d’une maison mobile! Assez drôle mais somme toute pratique, puisque nous étions à côté des toilettes et du Fergusons bar, Le pub où on a eu le plus de fun dans tout notre voyage! Même si c’était dans un trou perdu (qui ne figure même pas sur nos cartes), la piste de danse, de même que toutes les tables, étaient pleines d’Irlandais sur le party! Nous étions les deux seuls touristes dans la place et le chansonnier nous a même dédiés une chanson traditionnelle! La photo qu’on vous présente est plutôt moyenne et elle a été prise avant l’arrivée du chansonnier et que le party  »pogne ». Nous écoutions les olympiques sur un écran géant tout en mettant à jour nos journaux de bord, et un boxeur irlandais a gagné son combat pour une médaille olympique en direct. L’émotion était palpable dans la pièce, c’était extra!

Hier, jour 40, nous avons fait notre dernière VRAIE journée de vélo (car nous devrons pédaler une vingtaine de kilomètres pour se rendre à l’aéroport jeudi). Pas grand chose à dire sur cette journée, on a seulement pédalé en direction de notre destination finale.. Maintenant, on passe les deux dernières journées à profiter de Dublin pour une dernière fois, des musées, des cafés, des scones, des patisseries, et peut-etre quelques Guiness à venir…

Pascal est vraiment tristounet de ne pas avoir publié de photos  »Why not » (voir la section pour mieux comprendre) et vous promet de s’en charger à son retour au Quebec. D’ailleurs, on vous promet d’écrire au moins une dernière fois pour conclure le blogue en beauté. À bientôt!

P.S. Même si nous ne répondons pas souvent (voire jamais) aux commentaires que certains nous laissent, sachez que nous les lisons avec intérêt, plaisir et réconfort, plus d’une fois d’ailleurs. Merci de prendre le temps!

Publicités

7 réflexions au sujet de « Les derniers coups de pedales »

  1. Bon j’essaie pour une dernière fois de vous écrire sur votre blogue qui semble ne pas m’aimer! Plus je vous ai lu, plus je vous ai envié, vous avez vraiment fait un voyage qui m’apparaît extra!! Pascal sur cette dernière photo, ta irish porter me rend sérieusement jalouse et Laura tu sembles avoir assisté à une belle parade… ;p ! J’ai hâte de vous voiiiiiiiiir, je vais toutefois vous laisser le temps de revenir et de vous réhabituer à un Chicoutimi tropical ou il fait chaud chaud chaud trop souvent!! Je voulais vous annoncer la mort de mon basilique par une sorte d’insecte indésirable qui s’attaque maintenant à une autre de mes plantes et je lutte pour sa survie 😦

    Je vous embrasse les Guerriers! xx

    • Merci à tous! Nous sommes présentement à l’aéroport et l’embarquement commencera sous peu, le décollage étant prévu pour dans une heure précisément. On entend l’accent québécois tout autour de nous, ça fait du bien. On a hâte que ce soit vous, les Québécois qu’on entend! À plus
      Xx

      • Un peu en retard, car j’arrive du chalet. Même si vous êtes présentement dans l’avion ou sur le point d’arrivé au pays, je vous écris un dernier mot quand même. Suivre votre périple à vraiment été plaisant et j’espère qu’il y en aura d’autres un jour. J’ai hâte de vous voir et que vous nous racontiez un peu plus en détails et en photos votre voyage !! Bon retour à la maison

        Anick xx

  2. J’ai pas été assidue sur mes commentaires, mais je vous ai lus sans relâche. Je suis fière de vous pis je m’ennuie. Ça vous ramène quand, à Chicoutimi, tout ça? Faut fêter votre retour, et votre repos, peut-être. xxx

  3. Vous êtes effectivement très chanceux, les Irlandais ont l’air à vraiment vous apprécier ! Une chance que Laura avait un super chandail de l’UQAC ! on dit merci à qui ?? hihi

    Bon voyage de retour à vous deux!
    xxxx

    PS. Laura t’as l’air beaucoup trop contente de voir des hommes en chest !
    Pascal moi aussi j’étais tristounette que vous n’ayez pas mis de Why not, j’ai hâte de voir ça 😛

  4. L’attente de Nouvel article tire à sa fin, vos aventures sont sans contre-dit très intéressantes et captivantes. On est très fier de vous et bien hâte de vous revoir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s