Why not d’Irlande!

Comme promis, voilà les plus belles photos de notre voyage. Désolé de ne pas les avoir mises au fur et à mesure: manque de connexion, de temps et d’ordinateurs!

#1 « Toujours frais » ? Peut-être pas à Dublin tout de même!

Ne vous inquiétez pas, j’ai juste volé le verre… j’ai quand même pas payé pour un café Tim, déjà qu’il n’est pas très bon au Québec.

#2 Choisissez votre vitesse!

#3 Un nom inapproprié!

#4 Vitrine d’un magasin à Galway!

#5 Écosse ou Saguenay-Lac-Saint-Jean?

#6 Un restaurant ayant un nom enlevant l’appétit à Édimbourg.

J’aurais aimé qu’il y en ait plus… mais les Irlandais ne sont pas assez bizarres 😦

Dernier article relatant nos péripéties de l’aéroport demain! À bientôt!

Pascal

Publicités

De retour en Irlande après 10 jours à voyager en terre écossaise

Voilà, nous pouvons officiellement ajouter les mots « guerrier » et « guerrière » dans nos CV, car nous avons atteint la fin de la « West Highlands Way »! La dernière journée de 20 km fut très difficile, mais nous y sommes arrivés.

Pour se récompenser et aussi pour se reposer, nous avons fait un tour de train assez pittoresque: il nous permettait d’admirer les montagnes, la mer, mais surtout de nombreux tunnels et le fameux viaduc que l’on voit dans Harry Potter.

Nous avons terminé notre escapade écossaise en beauté, en visitant la charmante ville d’Édimbourg. L’architecture est magnifique et les rues sont très animées. Cependant, en raison du festival international d’art qui a lieu pendant tout le mois d’août, tous ont haussé leurs prix et cela nous a coûté les yeux de la tête de camper et de manger! Mais on ne s’en plaidera pas car ça en valait la peine… tout en espérant que David ait pas mal de job pour Pascal au retour! Sérieusement, coup de cœur pour Edimbourg! S’il vous vient l’idée d’y aller un jour ou l’autre, concrétisez cette idée et prenez le temps de visiter le musée national d’Écosse, dans le centre-ville. Pendant notre visite, nous avons dû nous dire au moins 7 fois à quel point c’était un musée incroyable et qu’il était surprenant que ce soit gratuit. Nous n’avons pas eu le temps de tout voir tellement c’était gigantesque, mais notre visite a certainement éveillé notre désir d’en connaitre plus sur l’histoire des Écossais.

Malgré toutes les beautés de l’Écosse, nous avouons que nous nous sommes ennuyés de nos Irlandais si accueillants. De retour à Belfast depuis cet après-midi, nous en partirons demain matin sur nos vélos, pour terminer notre grande boucle et profiter encore un peu de ce pays où l’on se sent chez nous. Il ne nous reste que 3 jours de vélo avant d’arriver à Dublin et la nostalgie de fin de voyage commence à s’installer peu à peu…

On vous laisse regarder nos plus récentes images, prises en Écosse bien sûr! Pendant ce temps, on va finir d’étudier les cartes pour se préparer à notre journée de demain. Il annonce de la pluie, mais nous nous sommes tellement ennuyés de nos vélos que les prévisions météo ne peuvent pas atteindre notre enthousiasme! Non, non!

Dernier jour dans les Highlands:

Cette statue marque bien la fin du sentier des Highlands, dans le centre-ville de Fort William:

Juste avant l’embarquement à bord du train à vapeur Jacobite, célèbre pour son apparition dans Harry Potter:

Vous reconnaissez peut-être le viaduct du film:

Le château d’Edimbourg, vu du septième étage du musée national d’Ecosse:

Vue de la ville depuis le Arthur’s seat, un ancien volcan:

A notre retour, en empruntant un chemin improvisé, nous avons croisé une dizaine de lièvres, dont l’un d’eux se trouve sur cette photo:

Écosse: la West Highland Way en images …

Difficile de croire qu’on a plus facilement accès à des ordinateurs dans des minis villages d’un sentier perdu au milieu de nulle part en Écosse que lorsque nous étions en pleine ville, il y a quelques semaines! Mais c’est le cas, alors pourquoi ne pas en profiter pour vous envoyer quelques images de nos 3 derniers jours de randonnée dans la West Highland Way, dans l’Ouest de l’Écosse! En voici donc une dizaine:

De vrais guerriers n’ayant peur de rien!

En plus, les sites de camping sont dans des endroits magnifiques, souvent gratuits et toujours à côté d’un pub!

La Wildcat est meilleure ici qu’au Québec!

 

Présentement à Kilorcholeven, on se dirige demain vers Fort William, la ville qui marque la fin du sentier dont nous aurons marché plus du tiers. On espère surtout que nos muscles, un peu surpris de devoir se mettre en branle pour la marche tout d’un coup (alors qu’ils étaient plutôt préparés à faire du vélo cet été), tiendront le coup. On se croise les doigts également pour que les ampoules ayant nouvellement fait leur apparition sur les pieds de Laura ne nous jouent pas trop de mauvais tours… Des petits pépins prévisibles, compte tenu du fait que nous sommes beaucoup trop chargés, question de poids. C’est ce qui arrive quand on improvise des parenthèses dans un voyage: nous n’avions pas prévu de devoir être très très légers…. Mais bon.. on passe du bon temps quand même alors on ne regrette pas notre décision d’explorer une partie de l’Écosse à pieds!

 

 

Vive l’invention de la roue…

C’est fou comme le poids de nos bagages ne se ressent pas de la même façon sur notre dos que sur notre vélo… Pascal dit qu’après 4-5 jours, on ne sentira plus notre sac… C’est seulement dommage qu’on ne porte plus notre sac dans 4 jours justement!

Au moins, je me suis équipée d’une paire de bottes, contrairement à Pascal qui marche avec ses espadrilles! Aie aie aie! Le sentier est moins dur que ce qu’on a déjà vu au Québec par contre. Le paysage, quant à lui, est sublime.

Hier, l’autobus nous a déposés dans une village où il n’y avait pas d’epicerie, contrairement à ce qu’on pensait. Oups! Nous avions de quoi manger pour souper, mais c’était plus limité pour aujourd’hui… On a mangé des tranches de pommes tartinées de beurre d’arachides pour déjeuner. Après une dizaine de kilomètres, nous avons fait une pause pour diner et j’ai sorti une surprise de mon sac: une canne de fèves au lard au sirop d’érable que je trainais depuis le début du voyage en cachette! C’était parfait pour le moment. En après-midi, nous nous sommes arrêtés dans un resto café deux kilomètres avant notre emplacement de camping. Il y avait des fruits à vendre, donc on en a profité pour faire des provisions, puisque nous ne croiserons une épicerie qu’après 15 autres km demain… On va essayer de ne pas mourir de faim d’ici là!

À plus,
De deux Semi-aventuriers « raqués » mais bien heureux quand même!

Ouch! Nos dos!

À Belfast, nous sommes d’abord allés visiter le musée géant du Titanic, car c’est ici même qu’il a été construit. Des Irlandais nous avaient fortement suggéré d’aller voir ça, c’était très intéressant, mais peut-être que nos attentes étaient trop élevées. Tout de même, le petit manège qu’il y avait pour en connaitre plus sur le chantier de construction était plutôt chouette et la section où on peut lire les dernières communications du bateau pendant le naufrage nous a donné la chair de poule.

Sur une note plus joyeuse, nous sommes allés au Crown liquor saloon pub, qui est une institution à Belfast. L’architecture victorienne était très particulière et il y avait des genres de cubicules dans lesquels les gens buvaient en cachette autrefois. Mais nous, on s’assume 🙂

«Imaginez-vous donc» qu’on ne voulait pas seulement avoir mal aux genoux et aux fesses, c’est maintenant nos dos et nos chevilles que nous allons scraper, car nous sommes maintenant en Écosse pour y faire de la randonnée. Nous avons donc acheté des sacs à dos d’efficacité douteuse avant de laisser nos vélos à Belfast et de prendre le confortable traversier sur la mer d’Irlande.

En ce moment, nous sommes à Glasgow et nous attendons l’autobus qui nous déposera dans le ville de Bridge of Orchy vers 15h. De là, nous commencerons notre randonnée dans la West Highland Way, qui devrait nous prendre 3-4 jours avant l’arrivée à Fort William. Il parait qu’il y a plusieurs endroits où il nous sera possible de camper
gratuitement… On a hâte de voir à quel point c’est le cas!

On a l’intention d’essayer de profiter au maximum de notre temps pour en voir le plus possible en Écosse, puisque nous n’y resterons que 7-8 jours au total. Le décompte est commencé!

Le musée du Titanic:

Le Crown Liquor Saloon de Belfast:

Pascal qui se cache dans l’un des cubicules pour boire une Nicholson’s, une bière spécialement brassée pour ce bar:

Pascal et Laura en direction de nouvelles aventures en Écosse:

Les photos des derniers jours tel que promis

Le Fjord Killary devant lequel nous avons dormi 2 nuits, pour n’en voir le paysage que le dernier matin !

Pédalant seuls le matin dans les montagnes du Connemara:

Promenade à Galway près de notre camping:

Maintenant en Irlande du Nord!

À Derry, l’une des 11 murales peintes par des artistes du côté catholique afin de rappeler les faits marquants du conflit:

Camping sur une ferme avec un chat qui voulait, lui aussi, sa portion du spécial Pascal au thon!

En chemin sur la Causeway Coastal Drive:

Petit arrêt à la plage pour se masser les pieds dans le sable!

En vélo, on peut voir le trou dans la roche, mais ceux en voiture ne peuvent pas le voir! Vive le vélo!

Ce château a été abandonné suite à un violent orage qui a fait tomber la cuisine dans l’océan! Voici les ruines qui sont toujours en place:

Toujours sur la Coastal Drive:

Nous voilà à l’un des sites du patrimoine de l’UNESCO, la Chaussée des Géants (et ce n’est pas le géant motorisé, mais bien le géant Finn McCool).

Le fameux pont suspendu, au loin.

Récompense après une journée difficile de la part de Fannie et Samuel… on vous laisse lire l’emballage!

Voila! Vous avez des photos à regarder pendant un bon bout! Pendant ce temps, on continue notre périple! Première étape apres cette séance  d’ordinateur… la découverte des pubs de Belfast.

A plus!

Laura et Pascal.

Au pays de l’Ulster Fry

Jour 27, entre Larne et Belfast

Notre départ de Leenane dans le Connemara s’est fait sous le soleil, à notre grand étonnement! Grâce à cela, nous avons pu avoir une vue sur le fjord Killary, car même si nous étions installés tout près depuis deux jours, le plafond bas nous empêchait de constater la splendeur du paysage. Ce matin-là, nous avons emprunté une route construite dans une vallée entre deux chaînes de montagnes. C’était magnifique et cela nous faisait réaliser que le Connemara, c’est superbe quand il ne pleut pas! Le défi de la journée, c’était d’essayer de ne pas rouler sur les crottes de moutons, qu’il y avait en quantité industrielle sur la route! Les moutons aussi étaient très présents sur notre chemin, traversant d’un côté de la route à l’autre comme bon leur semblait, ou carrément en restant couchés sur le bord du chemin.

Nous sommes arrivés à Galway vers 15:30, 82 km plus tard. Après avoir lavé nos vêtements et avoir fait sécher et aérer nos trucs qui commencent à sentir beaucoup trop l’humidité, nous avons repris nos vélos pour se rendre dans le centre-ville de Galway et profiter de la vie animée qu’on y trouvait. Des animateurs de rue divers rassemblaient des foules qu’ils tentaient d’épater du mieux qu’ils le pouvaient. On a passé une agréable fin de soirée au Taffe’s pub, avant de rouler les derniers km de notre journée jusqu’à notre sac de couchage: une journée de 94 km.

Le lendemain matin, soit vendredi dernier, nous avons pris l’autobus de Galway à Derry, deuxième grande ville en Irlande du Nord. Même s’il n’y a qu’environ 200 km qui séparent les deux villes, le trajet a duré plus de 5:30, étant donné les multiples détours et arrêts dans des villes en dehors de la route principale. L’avantage, c’est que cela nous fait visiter quelques coins que nous n’aurions pas découvert autrement. Arrivés à Derry en milieu d’avant-midi, on a profité du temps qu’on avait pour visiter la ville, en particulier les vestiges du conflit entre catholiques et protestants, dont la résolution est très récente. L’histoire de Derry est vraiment intéressante et les 11 murales peintes par des artistes illustrent superbement ses différents aspects.

Samedi, nous avons emprunté une route côtière toute la journée et il y avait des photos à prendre à chaque kilomètre! Passant d’un château à un temple, d’une voie ferrée passant à travers une falaise à une plage magnifique, tout était beau. Nous nous sommes arrêtés pour la nuit dans un camping… de maisons mobiles dans un village avant Bushmills (où il y a une célèbre distillerie de whiskey). En fait, il faut vous dire que les Irlandais sont loin d’avoir la même définition que nous en matière de camping… et qu’on est assez gâtés de ce côté au Québec. Nous voilà donc dans ce camping, dont la réception est fermée..et qui, par conséquent, ne nous a pas chargé notre admission… Les belles choses de la vie!

L’un des nombreux objectifs de notre voyage était d’aller visiter la Chaussée des Géants (ou Giant’s Causeway). C’est ce que nous avons fait hier avant-midi. Le paysage a été formé suite à une éruption volcanique il y a 60 millions d’années. Le résultat: 40 000 colonnes de pierres de basalte en forme hexagonale, certaines atteignant plusieurs mètres de hauteur. C’est à couper le souffle. Diverses légendes existent pour expliquer l’existence de la chaussée du géant Finn McCool. On parie que vous pourrez trouver l’information facilement sur le Web.

Suite à cette visite, nous sommes allés au pont suspendu de Carrick-a-rede. Cela nous coûtait 11 livres sterling pour attendre une demi-heure pour traverser un petit pont suspendu autrefois utilisé par des pêcheurs pour tirer leurs lignes… puis 30 autres minutes pour le traverser, sans trop avoir le temps de prendre de photos tellement il y avait de gens derrière nous. On se sentait un peu niaiseux de s’être fait avoir par cet attrape-touristes, car même si cela pouvait être impressionnant pour d’autres, après 25 jours à visiter l’Irlande, nous avons vu des endroits beaucoup plus beaux que ça, et bien moins cher…

Depuis avant hier, après 3-4 jours de répit, nous sommes à nouveau sous la pluie, mais cela s’annonce mieux pour les prochains jours. Nous sommes présentement installés dans un camping municipal tout près de Belfast, capitale de l’Irlande du Nord (ou Ulster). Nous avons roulé le long de la route côtière pour nous y rendre et nous pouvions voir les îles d’Écosse de là où nous pédalions. Demain, nous devrions passer la journée à Belfast. Nous voulons visiter plusieurs choses dans cette ville et il faudra faire des choix si on veut respecter notre budget, qu’on prévoit déjà dépasser d’ici la fin. Bon… on ne passe 6 semaines en Irlande qu’une fois dans notre vie! Au «pire aller», on appellera nos parents pour qu’ils nous envoient de l’argent!! (hihi, blague).

Ces jours-ci, cela semble être la période de tonte des moutons, car ils ont le poil court pas mal! De loin, ils ressemblent même à des petits cochons parfois! En tout cas, Pascal continue de s’amuser avec eux en les klaxonnant à chaque passage. Les moutons ont alors trois réactions possibles: la première, plus rare, est de ne rien faire du tout. La deuxième est de se lever la tête sans trop comprendre ce qui se passe. Enfin, la troisième réaction possible, notre préférée, est lorsque les moutons s’enfuient à toute allure en troupeau dans le fond du champ. Cela nous fait toujours bien rire!

On vous envoie les photos de tout cela dès que possible, soit lorsqu’on trouvera un ordinateur. On vous écrit à nouveau d’un iPod touch, une chance qu’on l’a! On espère que vous passez de belles vacances ou, si vous n’êtes pas en congé, que vous réussissez à profiter de quelques minutes de plein air! À très bientôt,

Les cyclistes et amis de Finn McCool, Laura et Pascal!

P.S. L’Ulster fry, c’est la spécialité culinaire de l’Irlande du Nord, qui se résume à un déjeuner de bûcheron. On ne l’a pas goûté encore, c’est trop gras pour pédaler!

Le 1000 km atteint depuis quelques jours…

Bonjour tout le monde,

Nous sommes dans une bibliothèque dans la ville de Larne, en Irlande du Nord. Nous avons composé un superbe message pour faire le point sur les derniers jours, mais il est dans le Ipod et il n’y a pas de Wifi dans cette ville… étrange!

Sachez que nous sommes toujours en vie et on vous envoie des nouvelles très bientôt, demain si possible.

 

La suite dans l’Ouest de l’Irlande

Jour 21, Auberge Sleepzone à Leenane, Connemara.

Nous avons visité plusieurs coins de l’Irlande de l’Ouest au cours de la dernière semaine. Voici de brefs compte-rendus de nos plus récentes découvertes et aventures:

Bunratty Castle

Après avoir parcouru la belle péninsule de Dingle, nous avons visité le château Bunratty et son village folklorique pendant toute une journée. C’est un «Val-Jalbert à saveur irlandaise», c’est-à-dire que notre visite nous permettait de mieux comprendre à quoi ressemblait la vie des Irlandais dans les années 1800. En plus d’explorer les diverses sections du château, on visitait des maisons et des commerces de l’époque. Une vieille dame nous a jasé de sa vie quand elle était petite et nous a appris quelques mots en gaélique, mais c’est impossible à retenir.

Les Cliffs of Moher

On a pédalé sur une route ennuyante pour se rendre rapidement à ce merveilleux site. Puisqu’il faisait beau, on s’est dépêché d’arriver pour bien voir les falaises… Mais les nuages aussi se sont dépêchés… de couvrir le paysage dès notre arrivée! Heureusement que nous sommes positifs et opportunistes, car après la pluie et un café à l’intérieur, le paysage était digne des plus belles cartes postales 🙂
Nous avions donc bien fait de rester!

Le Burren

Il s’agit du nom d’une région parsemée de montagnes dénudées longeant l’Océan Atlantique. Malheureusement, le vent et la pluie nous empêchaient de prendre des photos potables… Mais on vous jure que cela vaut le coup de passer dans cette région inhospitalière.

Le Connemera

C’est là où nous sommes aujourd’hui et depuis hier. Nous croyons que c’est l’un des plus beaux endroits d’Irlande, mais on vous en dira plus lorsqu’il n’y aura plus de brouillard. Hier, c’était la pire journée. Il a plu sans arrêt, nous n’avons eu aucun répit. On a tout de même du positif, comme le fait de tomber sur Natalie, une Ontarienne que nous avions rencontrée à deux reprises plus tôt dans le voyage. Elle a décidé de rouler avec nous alors nous avions de la compagnie. En descendant dans un décor qui semblait majestueux (averses+brouillard= on ne voyait rien, mais on pouvait entendre plusieurs chutes d’eau), le pneu de Pascal a explosé. Après plusieurs tentatives de réparations, on en conclut qu’il n’y a rien à faire: c’est le pneu et non la chambre à air qu’il faut changer et on est au milieu de nul part avec nos vélos. On se dirige vers le seul bâtiment dans le coin, le pub où Jack, le barman, travaille depuis plus de 50 ans!. Après 2-3 heures à chercher une solution, à demander à des gens, en vain, s’ils peuvent prendre Pascal et son vélo à l’auberge où nous avons prévu tenter, rien ne va plus. Aucun bus ne passe par ce trou et aucun camion ne tourne dans la direction où nous devons aller :(. Finalement, Jack le gentil barman offre de ramener Pascal et son vélo dans le coffre de sa Mercedes à la fin de son quart de travail. Malheureusement pour Laura, elle a pédalé les 20 derniers km sous la pluie, car il n’y avait plus de place dans la voiture.

Ce matin, il fallait donc trouver un moyen de se rendre à la ville la plus près et croiser nos doigts pour que le magasin de location de vélos ait un pneu de la bonne taille pour remplacer son ancien dysfonctionnel. La seule issue était de faire du pouce, car nous n’étions pas dans un coin desservi par un service d’autobus. Première expérience pour nous deux… Après une vingtaine de minutes, un homme et son fils nous ont embarqués pour faire la moitié du chemin, puisqu’ils se rendaient dans un village à mi-chemin entre notre point d’origine et notre destination. Rendus là, ils ont décidé de faire les 15 km de plus pour nous mener directement à Clifden, là où nous voulions aller. Après avoir acheté le matériel pour le vélo de Pascal, nous avons croisé à nouveau Dominic et son fils, qui nous ont embarqués à nouveau pour retourner là où ils devaient nous déposer au départ. Ils allaient visiter un musée dans le village. Nous n’avions plus qu’à faire du pouce pour les derniers km jusqu’à notre auberge. Nous avons toutefois décidé de prendre un café et une pointe de gâteau avant de s’installer sur le bord de la route. Allez-vous deviner la suite? Pendant qu’on écrivait notre ville de destination sur notre pancarte, une voiture derrière nous nous a klaxonnés. Eh oui! Leur visite au musée étant terminée, Dominic et son fils retournaient chez eux et nous ont repris à bord, pour nous déposer au même endroit qu’on les avait croisés le matin! Finalement, on a eu un chauffeur privé pour faire nos emplettes aujourd’hui… La plus grande chance après une journée de malheur, un parfait équilibre quoi!

Voici quelques images en lien avec tout ce qu’on vient de vous raconter:

Pascal prend une bière au pub Dirty Nelly, devant le château de Bunratty. Rien de trop beau pour lui:

L’une des plus belles pièces du château Bunratty:

Prises de vue des falaises de Moher (Cliffs of Moher):

C’est ce qu’on appelle être trempés de la tête aux pieds:

Attente de plusieurs heures au Pub de Maam’ Bridge avec Natalie, mouillés et gelés:

Notre première expérience d’auto-stop, ce matin pour se rendre à Clifden et régler le problème de roue:

Enfin un peu de soleil pour Dingle

Les trois dernières journées sur la péninsule de Dingle ont été de loin les plus belles au niveau température. La première journée, nous avons commencé à rouler dès 8h sous la pluie et le ciel était complètement couvert.  Quelques kilomètres plus tard, nous devions choisir notre chemin pour se rendre à Dingle: vers la gauche,  via la grande route, ou vers la droite, via le Connor Pass. Le chemin que nous ne choisirions pas serait celui que nous emprunterions deux jours plus tard à notre retour de Dingle. Les nuages étaient bas, nous ne voyions pas clairement le paysage alors la sage décision, selon Pascal, était d’attendre deux jours avant de monter le col du Connor Pass. Par contre, en apercevant un éclaircissement dans le ciel au loin ( chose qui n’était pas arrivé depuis des jours), nous avons décidé d’en profiter, de se croiser les doigts et de foncer vers les montagnes. Sage décision: cela s’est avéré être la plus belle journée de tout le voyage, un véritable baume pour le moral!  Les photos, plus bas, en témoignent d’ailleurs. On a même dû ouvrir notre tube de crème solaire, quel changement!

La deuxième journée, c’était plus nuageux et il ventait à plus de 25 km/h, certaines rafales atteignant les 32km/h. Bien sûr, on n’a jamais eu les vents dans le dos, comme nous l’avions planifié, car ils ont changé de direction vers la fin de l’avant- midi… Toutefois, il n’a presque pas plu alors malgré tout, nous considérions que c’était une belle journée . Les îles qu’on apercevait de la rive , bien qu’un peu perdues dans la brume, nous offraient un spectacle à couper le souffle.

Hier matin, 3e et dernier jour sur la péninsule , un autre miracle: il ne pleuvait pas à notre réveil, ni pendant tout l’avant-midi!  Il y avait même des bouts de ciel bleu. Vers la fin de l’avant-midi, on a décidé d’arrêter  dans le petit village d’Annascaul  et d’attendre l’ouverture (deux heures plus tard)  du pub «South Pôle Inn», dont l’ancien propriétaire a été Tom Crean (maintenant décédé), célèbre aventurier ayant participé aux importantes explorations menant à la découverte du Pôle Sud au début du siècle dernier. À l’intérieur,  des photos d’expeditions de l’homme tapissait les murs en bois, une ambiance très intéressante! Pascal s’est acheté le livre bibliographique de Crean. Il saura nous en reparler…

Arrivés à Tralee au cours de l’après-midi, nous avons monté à bord d’un autobus qui nous a menés à Limerick, une centaine de kilomètres plus loin. Nous y sommes arrivés à 19:00, mais il nous fallait à nouveau pédaler une quinzaine de kilomètres pour arriver au seul terrain de camping dans le coin, en banlieue de la ville. Tout près de notre camping se trouve le  Bunratty Castle, que nous visitons demain aujourd’hui. Ce sera probablement le seul que nous visiterons, alors nous prendrons le temps d’en profiter  au maximum!

1- Départ de Tralee vers Dingle sous la pluie:

2- Le ciel qui s’éclaircit au-dessus des montagnes que nous allons traverser:3: Des moutons nous souhaitant bonne chance pour l’ascension du Connor Pass:4- La chasse aux moutons égarés sur la route. Pascal n’est pas un bon berger!

5- Nous nous approchons du sommet! La route est si étroite qu’une seule voiture peut y circuler à la fois.6- Le sourire malgre toutes les difficultes!7- La route longeant le vide:

8- Objectif atteint au sommet du plus haut col d’Irlande, juste avant d’user nos freins lors de la descente!9- La Slea Head Drive au lendemain… alors que la temperature revenait a la normale.10- La seule prise avec un minimum de belles couleurs:

11- Retour le vent dans le visage avec vue sur l’Atlantique. Il y avait trop de nuages pour voir le Canada!

ewfewqf